Assureurs Prévention > Sur la Route > Les différentes formules de conduite accompagnée pour préparer le permis de conduire

Sondage express

Au volant, si votre téléphone portable sonne :

  • Vous laissez sonner
  • Vous répondez
  • Vous répondez en kit mains libres

Racontez-nous

Une anecdote à partager ? Une expérience marquante que vous souhaitez faire connaître? Une question qui vous interpelle ? Venez raconter votre histoire et faites part aux internautes de votre témoignage.

 
Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte Envoyer cette publication par e-mail Imprimer cette page

Les différentes formules de conduite accompagnée pour préparer le permis de conduire

Macaron conduite accompagnée

Dossier, 14/12/15

Après une formation initiale en école de conduite, la conduite accompagnée permet d’acquérir une véritable expérience au volant, sous le contrôle d’un accompagnateur, dans les conditions de circulation les plus variées possibles. La conduite accompagnée constitue non seulement un atout supplémentaire de réussite à l'examen mais elle rend également le permis de conduire plus sûr car les jeunes conducteurs sont plus expérimentés. Il existe actuellement trois formules de conduite accompagnée : l’apprentissage anticipé de la conduite, la conduite supervisée et la conduite encadrée.

adolescent, conduite accompagnée, jeunes conducteurs, permis de conduire

Sommaire

Les atouts de la conduite accompagnée

La conduite accompagnée, qui a récemment évolué avec la création de la conduite supervisée, présente beaucoup d’avantages. Pourtant, seul 1/3 des candidats au permis (B) font le choix de la conduite accompagnée.

  

Afin d’informer parents et jeunes sur les avantages et les nouvelles formules de la conduite accompagnée, Assureurs Prévention et l’association Prévention Routière éditent un nouveau dépliant d’information. Ce dépliant insiste notamment sur les nouveautés de la conduite accompagnée et la création de la conduite supervisée, détaille les différentes formules, les conditions pour être élève conducteur et accompagnateur ou encore le déroulement des différentes formations.

 

Parents et jeunes peuvent également y trouver un rappel des documents à posséder, des réglementations et des règles du Code de la route (panneaux de signalisation, limitations de vitesse) qui concernent les élèves conducteurs. Il se propose également de faire un point sur les idées fausses qui concernent trop souvent la conduite accompagnée, notamment sur les questions d’assurance et de coûts de la formation.

 

 

Conduite accompagnée : ce qu'il faut savoir

Le livret d’apprentissage

En début de formation, l'enseignant remet au candidat un livret d’apprentissage. Le candidat le tient à jour et y reporte tous les parcours effectués. Ce livret permet au candidat de mesurer ses progrès mais aussi de justifier son état d’apprenti conducteur. En cas de contrôle par les forces de l’ordre, il doit toujours avoir en sa possession le livret d’apprentissage ainsi que l’extension de garantie délivrée par son assureur.

 

En cas d’infraction

L'apprenti conducteur est responsable devant la loi. Il peut donc être poursuivi devant les tribunaux et condamné à une amende. En cas d’accident, il peut également être impliqué civilement ou pénalement.

Enfin, la responsabilité de l'accompagnateur peut être retenue en cas d’infraction ou d’accident.

 

  • Le véhicule utilisé pour la conduite accompagnée doit être équipé de deux rétroviseurs latéraux.

  • Un disque spécifique doit être apposé à l'arrière du véhicule.

Les principes de base de la conduite accompagnée

Conduite accompagnée : qui peut être accompagnateur ?

L'accompagnateur doit remplir certaines conditions :

  • être titulaire du permis B depuis au moins cinq ans consécutifs ;
  • ne pas avoir été condamné pour certains délits routiers ;
  • avoir obtenu l’accord de son assureur ;
  • être mentionné dans le contrat signé avec l’école de conduite.

Les principes de base de la conduite accompagnée sont les mêmes quelle que soit la formule choisie.

 

Il faut tout d’abord suivre :

  • une formation théorique et la valider par la réussite à l’épreuve du Code de la route ;

  • une formation pratique de 20 h minimum dans une école de conduite, avec un enseignant.

 

Lorsque la formation est jugée satisfaisante par l’enseignant, le jeune conducteur peut alors conduire avec son accompagnateur. Il est possible d’avoir plusieurs accompagnateurs et pas nécessairement dans le cadre familial.

 

Toutes les règles du Code de la route doivent être respectées par le jeune conducteur et par son accompagnateur.

Mais il est important de bien avoir en tête que :

  • la conduite n'est pas autorisée en dehors des frontières nationales,
  • il faut respecter les limitations de vitesse qui s’appliquent aux conducteurs novices.

 

 

 Limitations de vitesse 
 Conducteurs novicesAutres conducteurs
Autoroute110 km/h130 km/h

Route à deux chaussées

séparées

par un terre-plein central

100 km/h110 km/h
Autres routes80 km/h90 km/h
Agglomération50 km/h50 km/h

L’apprentissage anticipé de la conduite (AAC )

Durée du permis probatoire et surprime conducteur novice sont réduites dans le cadre de l'AAC

L'apprentissage anticipé de la conduite (AAC) permet de réduire la période probatoire du permis à 2 ans au lieu de 3.

La surprime normalement demandée aux conducteurs novices est réduite. Certains assureurs acceptent même d’accorder leurs garanties aux nouveaux conducteurs sans appliquer cette surprime.

Pour s’inscrire à l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC) en école de conduite, il faut :

  • être âgé d’au moins 15 ans ;
  • avoir l’accord des parents (pour les mineurs) et de l’assureur du véhicule ;
  • être titulaire de l’Attestation scolaire de sécurité routière (ASSR) de niveau 2, passée en classe de troisième ou de l’Attestation de sécurité routière (ASR).

 

La conduite avec l’accompagnateur se déroule ensuite sur une durée d’au moins un an et 3 000 km minimum. 

 

 

La période de conduite accompagnée est ponctuée de trois rendez-vous pédagogiques obligatoires

Le premier rendez-vous

Ce premier contact, d’une durée minimale de deux heures, entre le candidat, le formateur et l'accompagnateur a pour objectif d'assurer une formation harmonisée et continue. Il a lieu dès lors que l’enseignant estime le candidat prêt à conduire avec son accompagnateur. L’enseignant dispense alors des conseils aux deux parties.

Le deuxième rendez-vous

Il a lieu après 1 000 km parcourus. Il s'agit généralement d'un rendez-vous collectif avec d’autres candidats et leurs accompagnateurs.

Le troisième rendez-vous

Il a lieu après 3 000 km parcourus. C’est lors de ce rendez-vous que le formateur décide si le candidat sera apte à passer l’épreuve pratique du permis de conduire.

 

Les jeunes candidats au permis de conduire qui choisissent cette formule peuvent passer le permis plus tôt, dès 17 ans et demi, afin de pouvoir conduire de façon autonome au premier jour de leur majorité.

 

La conduite supervisée

Conduite supervisée : la durée du permis probatoire

La durée du permis probatoire est celle de la filière classique, soit trois ans. Le candidat ne bénéficiera pas nécessairement de tarif préférentiel sur son assurance “ jeune conducteur ”.

Pour s’inscrire à la conduite supervisée, il faut être âgé d'au moins 18 ans et avoir l’accord de l’assureur du véhicule.

 

Cette formule a été créée pour les candidats :

  • souhaitant acquérir, au-delà des heures de formation en école de conduite, une expérience de conduite avant le passage à l’examen ;
  • ayant échoué à l’épreuve du permis de conduire et souhaitant acquérir de l’expérience avant de se représenter. Elle permet ainsi de ne pas perdre la main en attendant une nouvelle date d’examen.

Le choix de ce cursus peut être effectué lors de la première inscription à l’auto-école ou en milieu de parcours après un échec à l’épreuve pratique.

 

La conduite supervisée se déroule avec un accompagnateur sur un véhicule normal après validation de la formation initiale.

 

Elle commence par un rendez-vous pédagogique préalable entre l'enseignant de la conduite, l'accompagnateur et l'élève conducteur.

 

Chaque présentation à l’épreuve du permis de conduire devra être précédée d’un nouveau rendez-vous pédagogique.

Apprentissage anticipé à la conduite, conduite supervisée : le détail des deux formules

  CONDUITE ACCOMPAGNÉE CONDUITE SUPERVISÉE
ÂGE MINIMUM 15 ans (l’accord des parents est nécessaire pour les mineurs) 18 ans
ÉPREUVE THÉORIQUE GÉNÉRALE (LE CODE - 40 QUESTIONS)
LA FORMATION   Mininimum 20 heures de leçons de conduite en auto-école
Elle dure au moins 1 an et l'élève doit parcourir au moins 3 000 km.        
 ÉPREUVE PRATIQUE 35 MINUTES DE CONDUITE EN CIRCULATION 32 MINUTES DE CONDUITE DONT 25 MINUTES EN CIRCULATION

 

Pour être accompagnateur en conduite accompagnée ou supervisée, vous devez :

  • être titulaire du permis B depuis 5 ans au moins,
  • ne pas avoir commis de délit routier (alcool, grand excès de vitesse, suspension ou annulation de permis...),
  • assister aux rendez-vous pédagogiques aux côtés de l'élève conducteur et de l'enseignant.

La conduite encadrée

La conduite encadrée s’adresse aux jeunes préparant les diplômes professionnels menant aux métiers de la route (BEP, CAP de conducteur routier) dans les établissements de l’Éducation nationale. Elle est accessible dès 16 ans.

 

Comment se déroule la conduite encadrée ?

L’élève souhaitant devenir conducteur professionnel, par exemple dans le transport routier de marchandises (permis poids lourds), doit obligatoirement passer les épreuves du permis B pendant son temps de formation scolaire.

Après réussite de ces épreuves, il peut maintenir et améliorer son niveau de compétence et d’expérience en conduisant avec l’accompagnateur de son choix, après accord du chef d’établissement. Cette phase de conduite avec un accompagnateur est possible jusqu’à la délivrance du diplôme professionnel.

L’obtention de ce diplôme conditionne la délivrance du permis de conduire (sous réserve qu’il ait 18 ans).

 

Pour aller plus loin