Assureurs Prévention > Sur la Route > Premiers trajets de l’enfant à vélo : pas de place pour l'improvisation !

Sondage express

Au volant, si votre téléphone portable sonne :

  • Vous laissez sonner
  • Vous répondez
  • Vous répondez en kit mains libres

Racontez-nous

Une anecdote à partager ? Une expérience marquante que vous souhaitez faire connaître? Une question qui vous interpelle ? Venez raconter votre histoire et faites part aux internautes de votre témoignage.

 
Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte Envoyer cette publication par e-mail Imprimer cette page

Premiers trajets de l’enfant à vélo : pas de place pour l'improvisation !

Enfant à vélo équipé d'un casque

Dossier, 8/26/13

Jusqu’ici, la pratique du vélo était un loisir pour votre enfant ; elle devient maintenant, en plus, un moyen de déplacement habituel. Lorsque votre enfant commence à utiliser seul sa bicyclette dans la circulation, il est particulièrement vulnérable. Alors apprenez-lui à circuler à vélo, à s’équiper correctement et à se comporter de manière sûre.

pratique du vélo, prévention enfant, sécurité routière enfants

Sommaire

A quel âge un enfant peut-il circuler seul à vélo ?

Avant 10 ans, voire 12 ans si c’est en ville ou sur des voies fréquentées, un enfant ne doit pas circuler seul à vélo

 

Les cyclistes de moins de 10 ans ont du mal à faire la différence entre les espaces proté­gés où ils peuvent jouer sans risque et les espaces réservés à la circulation où des règles impératives sont à observer. 

 

Entre 10 et 14 ans, un enfant acquiert de plus en plus d’autonomie en commençant à utiliser seul sa bicyclette (pour aller à l’école, voir ses amis...) mais il est par­ticulièrement vulnérable. Il est donc nécessaire de bien le préparer.

 

C’est aux parents de faire progressivement cette éducation routière par la démonstra­tion, en roulant le plus souvent ensemble. Il ne suffit pas d’expliquer à l’enfant les règles de circulation, il faut s'assurer qu’il les a bien com­prises et qu’il les respecte. 

Comment équiper votre enfant à vélo ?

Le vélo

 

Il doit être équipé :

  • de freins à l’avant et à l’arrière ;
  • d’une sonnette ;
  • d’un éclairage jaune ou blanc à l’avant et rouge à l’arrière, la nuit et par mauvaise visibilité ;
  • de dispositifs réfléchissants : blanc à l’avant, rouge à l’arrière, orange sur les côtés et dans les pédales.


Vous pouvez aussi installer un « écarteur de danger » à l’arrière gauche, pour inciter les voitures à garder leur distance lors d’un dépassement, sans oublier un rétroviseur à gauche, qui permettra à l’enfant de surveiller plus facilement ce qui se passe derrière.

 

Quel équipement à vélo pour votre enfant ?

 

Avant de laisser votre enfant monter sur le vélo, vérifiez que :

  • la selle et le guidon sont réglés à sa taille ;
  • les deux freins fonctionnent bien ;
  • les pneus sont suffisamment gonflés.

Le casque

Le port du casque est indispensable même s'il n'est pas obligatoire. Il permet de réduire les traumatismes crâniens de 85% et les lésions au cerveau de 88% !

Même si votre enfant trouve que c’est contraignant et que cela donne chaud, expliquez-lui que la tête est très fragile et que le casque lui permet donc d’être protégé en cas de chute, car même à faible vitesse, il peut se faire très mal.

Le casque doit être bouclé, la jugulaire attachée correctement.

Pour choisir le casque, vérifiez qu’il soit conforme aux normes de sécurité (marquage « CE ») et qu’il corresponde au tour de tête de l’enfant. Un casque trop grand ne sert à rien puisqu’il ne remplira pas son rôle protecteur.

Et ce qui est bon pour la tête de votre enfant est bon pour la vôtre ! Montrez l’exemple !

Les vêtements et chaussures 

  • Optez pour du confortable et des couleurs claires ou vives pour qu’il soit repéré de loin.
  • Bannissez tous les vêtements trop larges ou qui flottent qui risquent de se prendre dans les rayons ou dans la chaîne.
  • Équipez-le d’un gilet fluo muni de bandes rétroréfléchissantes, notamment par temps de pluie : cela permet de mieux signaler la présence des petits cyclistes.
  • Faites-lui porter des chaussures fermées tenant bien au pied. Méfiez-vous des lacets qui risquent de se prendre dans la chaîne.

Votre enfant maîtrise-t'il correctement son vélo ?

Faites plusieurs fois le trajet à vélo avec votre enfant avant de le laisser partir seul

En l'accompagnant vous l'aiderez à bien repérer tous les risques et lui expliquerez les comportements à adopter.

Insistez sur l’organisation et sur la nécessité de partir à l’heure : s’il est pressé, il prendra moins de temps pour observer ce qui l’entoure et sera incité à prendre des risques, à griller des feux, par exemple.

Assurez-vous qu’il maîtrise correctement la bicyclette avant de permettre à votre enfant de partir seul à vélo.

Il doit être capable de ralentir, rouler de manière rectiligne, lâcher la main droite et la main gauche du guidon pour indiquer ses changements de direction, tourner la tête tout en conservant sa trajectoire et s’arrêter… sans tomber.

 

Pour vérifier que votre enfant est capable de contrôler seul sa trajectoire, de ralentir, de tourner et de s’arrêter :

  • insistez sur les points clés pour démarrer et rouler en ligne droite : importance de la bonne position sur le vélo, du regard (regarder un point de repère loin devant), de la souplesse du guidon ;
  • expliquez-lui comment on tourne à gauche (un trajet à vélo n’est pas uniquement rectiligne). Cette manœuvre est toujours source de grand danger et nécessite de la part de l’enfant une bonne maîtrise du vélo et une extrême vigilance ;
  • rappelez-lui que pour tourner à gauche, il doit : 

- vérifier qu’aucun véhicule n’arrive de l’arrière ;

- tendre le bras à gauche pour indiquer son changement de direction ;

- ralentir sa vitesse ;

- se déporter vers le milieu de la chaussée et contourner le centre de l'intersection par la droite.

 

D’une façon générale, avant 12 ans, un enfant cycliste a du mal à faire face à une circulation complexe et à prendre rapidement les décisions qui s’imposent : expliquez-lui qu’il doit, par moments (mauvais temps, pluie, feuilles mortes, nuit) et par endroits, redevenir piéton. C’est le cas par exemple pour la circulation en ville s’il tourne à gauche à une intersection : recommandez-lui de descendre de vélo et de traverser à pied sur les passages pour piétons.

Code de la route et règles de circulation : quelles sont les bases indispensables ?

A vélo, quand on circule à plusieurs...

...on roule les uns derrière les autres, le plus lent devant et le plus expérimenté se positionnant en dernier.

Les feux tricolores

Ils organisent la circulation de tous les véhicules sur la chaussée. Les cyclistes sont donc soumis à leurs règles.

On s’arrête au rouge mais aussi à l’orange, en restant à droite derrière les voitures pour être bien visible dans les rétroviseurs.

Les panneaux de signalisation

Pas la peine de lui faire apprendre dans le détail tout le code de la route. En revanche, quand vous les rencontrez, montrez à votre enfant les quelques panneaux qu’il a besoin de connaître et expliquez-lui leur signification : stop, cédez le passage, sens interdit, piste cyclable…

 

 

En ville 

Attention aux ouvertures inopinées de portières et aux sorties de garage ou de parkings. Apprenez à votre enfant à détecter ces deux dangers pour qu’il puisse être en mesure de s’arrêter ou d’éviter l’obstacle à n’importe quel moment.

Dans un village / à la campagne 

S’il y a moins de trafic, le danger n’est pas pour autant écarté. Guidez-le dans cet environnement en lui apprenant à se positionner sur la chaussée, à regarder loin, à élargir son panorama visuel et à écouter les bruits de la circulation.

 

Enfants cyclistes : risques et accidentologie

En 2009, 695 enfants âgés de moins de 15  ont été accidentés à vélo, soit 10% des victimes dans cette tranche d'âge. Parmi eux, 13 ont été tués*.

 

Les contusions, les plaies et les fractures sont les blessures les plus courantes. Le visage, les membres inférieurs et supérieurs sont les zones les plus souvent touchées.

La tête est touchée dans 17 % des cas, avec des conséquences pouvant être dans certains cas fatales.

Le port du casque permet de diviser le risque de blessure sérieuse à la tête par 3,4**. Il a un effet protecteur que ce soit lors d’une simple chute ou lors d’une collision avec un véhicule.

 

C'est vers 8 ans que le risque « cycliste » apparaît de manière significative. Les enfants de 8-10 ans ont du mal à faire la différence entre les espaces "jeux" où ils sont libres d’évoluer sans risque et les espaces circulés où des règles sont à observer.

 

Le risque "cycliste" atteint son pic vers 12-13 ans, lorsque certains enfants commencent à utiliser le vélo de manière habituelle pour se rendre au collège. Les pré-adolescents connaissent les règles mais soit ils les enfreignent pour savoir jusqu’où ils peuvent aller, soit ils surestiment leurs capacités et celles de leur bicyclette (vitesse et freinage).

  

Sources :
* ONISR, accidents corporels de la circulation routière France métropolitaine, année 2009
** d’après Amoros et al., Cyclistes Victimes d’Accident, UMRESTTE, 2010

Le dépliant d'information "En voiture, à vélo, à pied... Mon enfant est-il bien protégé ?"

Le dépliant d'information "En voiture, à pied, à vélo... Mon enfant est-il bien protégé ?"
 

 

 

 

La mise à disposition gratuite de ces documents est réservée aux professionnels du secteur concerné (santé, route...) et aux différentes structures d'information à destination du public (association, organisme de sécurité sociale, administration...).

Pour aller plus loin