Assureurs Prévention > Santé & Forme > Hygiène de vie > Voyages à l’étranger : comment protéger sa santé ?

Racontez-nous

Une anecdote à partager ? Une expérience marquante que vous souhaitez faire connaître? Une question qui vous interpelle ? Venez raconter votre histoire et faites part aux internautes de votre témoignage.

 
Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte Envoyer cette publication par e-mail Imprimer cette page

Voyages à l’étranger : comment protéger sa santé ?

Faire attention à sa santé à l'étranger

Dossier, 24/06/15

Vaccins, règles d’hygiène au cours du séjour, paludisme : les voyages à l’étranger ne s’improvisent pas. Pour profiter de son voyage et éviter de tomber malade, quelques précautions d’usage s’imposent quelques semaines avant le départ et pendant le séjour.

loisirs et vacances, vaccination, vaccins

Sources : InVS, Inpes, Institut Pasteur

Sommaire

Les vaccins

Femmes enceintes, personnes âgées ou fragiles

Certains vaccins peuvent être contre-indiqués et nécessitent impérativement une consultation médicale. 

Pourquoi faut-il se faire vacciner ?

Les voyages à l’étranger peuvent présenter des risques de santé qui varient en fonction :

  • de la destination (situation sanitaire du pays visité), de la longueur du séjour, de la saison dans le pays visité,
  • des conditions de voyage (les risques sont différents pour un voyage organisé avec des nuits à l'hôtel en ville, ou un voyage en milieu rural, dans des régions éloignées)
  • et enfin de l'âge et de l’état de santé du voyageur.

 

Selon les pays, certains vaccins sont obligatoires ou recommandés. A contrario, certaines vaccinations non obligatoires pour visiter le pays d’accueil peuvent être jugées indispensables par les autorités sanitaires françaises en raison des risques encourus par le voyageur français.

 

Afin d’établir un programme vaccinal adapté, l’InVS préconise de mettre à jour les vaccins recommandés en France, de s’informer sur les obligations vaccinales et l'état sanitaire de la région visitée et de prendre un avis médical pour mettre en place, au moins six semaines avant le départ, un programme de vaccination adapté au voyage et à l’âge et à la situation de santé du voyageur.

 

A chaque destination, ses vaccins !

L’InVS recommande un certain nombre de vaccins en fonction de la situation du voyageur et des pays visités.

 

Les vaccinations, quel(s)que soit (soient) le(s) pays visité(s)

 

Pour les adultes

Pour les enfants

Tétanos, poliomyélite, diphtérie, éventuellement coqueluche et rougeole 

rougeole en association avec oreillons et rubéole, selon le séjour hépatite B et BCG. En prévision d'un séjour à l'étranger, les enfants peuvent bénéficier d'une mise à jour plus précoce pour ces vaccins.

 

Les vaccinations propres à la situation épidémiologique du pays visité

 

Quels vaccins ?Pour quelles zones géographiques ?

Fièvre jaune (ou vaccination anti-amarile)

Pour tout séjour en zone endémique dans des centres de vaccination habilités.

Encéphalite japonaise 

Séjour prolongé en zone rurale, en période de transmission.

Encéphalite à tiques 

Séjour en zone rurale ou boisée en région d'endémie, de mars à novembre.

Méningite à méningocoques

Selon l'actualité des zones d'épidémies : www.who.int/csr/don/archive/disease/meningococcal_disease/fr

Hépatite A

Pays où l'hygiène est précaire.

Hépatite B 

Séjours fréquents ou prolongés dans les pays à forte ou moyenne prévalence de cette maladie à transmission sexuelle ou sanguine.

Typhoïde

Pays où l'hygiène est précaire. Vaccinations à pratiquer dans les centres de vaccination habilités.

Rage 

En particulier lors d'un séjour prolongé ou aventureux et en situation d'isolement dans les zones à haut risque (Asie, Afrique y compris l'Afrique du Nord, Amérique du Sud).

Grippe

Tout séjour pendant une saison grippale.

  

Le carnet international de vaccination

Il répond aux normes fixées dans le règlement sanitaire international élaboré par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). L'inscription de vaccinations contre la fièvre jaune y est obligatoire. Cette vaccination ne peut être réalisée que dans un centre habilité. Ce carnet est individuel, y compris pour les jeunes enfants.

Source : BEH de l'InVS 3 juin 2014 / n° 16-17

 

En savoir plus

 

L’alimentation et les règles d’hygiène : les bons réflexes

Les problèmes digestifs, et notamment la diarrhée, sont les plus fréquents chez les voyageurs. Ils sont souvent dus à une contamination d'origine alimentaire. L'hygiène des mains reste primordiale, la transmission par les mains et par les objets étant très fréquente.

 

Les 5 règles à retenir

  • Se laver fréquemment et soigneusement les mains avec du savon. A défaut, utiliser une solution hydroalcoolique.
  • Consommer des aliments bien cuits (à plus de 65 °C) et très chauds.
  • Ne manger que des légumes et des fruits épluchés par soi-même.
  • Boire des boissons contenues en bouteilles capsulées, ou en dernier recours, de l'eau longuement bouillie ou désinfectée à l'aide de produits spécifiques.
  • Proscrire les crudités, les fruits de mer, les plats réchauffés, les glaçons, les crèmes glacées et sorbets, les jus de fruits frais préparés de façon artisanale, le lait non pasteurisé et les produits laitiers non industriels.

Le paludisme

Risque Paludisme : attention aux moustiques !
Le paludisme (ou malaria) est dû à un parasite. Il se transmet à l'homme par une seule piqûre de femelles moustiques (anophèles) surtout actives au crépuscule et pendant la nuit (certains moustiques piquent plutôt le jour et peuvent transmettre la dengue ou le chikungunya).

 

Le paludisme sévit dans la plupart des régions tropicales et subtropicales de la planète. C'est en Afrique subsaharienne que le risque est le plus important, mais d'autres destinations sont concernées. L’Institut Pasteur, les services hospitaliers et les agences de voyage disposent de renseignements sur les pays concernés par le paludisme.
Dans les zones impaludées (zones où sévit le paludisme) le risque de contamination est quasiment nul dans les grandes agglomérations. En revanche, il est maximum dans les zones rurales (zones humides, forestières et marécageuses).

Le traitement préventif

En cas de départ vers des zones impaludées, il est fortement conseillé de prendre un traitement préventif prescrit par son médecin traitant selon le niveau de résistance de la région visitée. Plusieurs produits de chimioprophylaxie, non remboursés par la Sécurité sociale, existent : chloroquine, méfloquine, doxycycline, etc, mais aucun traitement n’assure une protection totale et une fois sur place, un certain nombre de mesures de protection sont nécessaires.

Le paludisme chez une femme enceinte peut avoir des conséquences dramatiques et beaucoup de médicaments anti-paludéens sont interdits pendant la grossesse.

Les mesures de protection sur place

 

La tenue vestimentaire

  • Privilégier des vêtements clairs (les moustiques sont attirés par les couleurs sombres), amples, longs (couvrant les jambes et les avant-bras, serrés aux chevilles et aux poignets).
  • Porter des chaussettes et des chaussures fermées, le soir ou lors de promenades près des zones humides, forestières et marécageuses.

 

Les produits répulsifs

Proposés en pharmacie, sous forme de crème, de lotion ou de gel, les répulsifs doivent être appliqués sur les parties découvertes du corps entre le coucher du soleil et l'aube.

 

La moustiquaire

Si la chambre n’est pas climatisée, la moustiquaire est indispensable et peut être achetée avant le départ en cas de séjour dans un endroit non équipé.

La moustiquaire doit être en bon état (non trouée), bien coincée sous le matelas et si possible imprégnée d'insecticide. (il existe des kits dans le commerce permettant d'imprégner soi-même sa moustiquaire).

Attention, toute fièvre au retour des tropiques, quels que soient les symptômes associés doit être considérée a priori comme pouvant être d'origine palustre et nécessite une consultation en urgence.

 

La trousse à pharmacie de voyage

Trousse de secours de voyage
En complément des éventuels traitements médicaux habituels en quantité suffisante pour toute la durée du séjour, voici une liste des médicaments qu’il peut être utile d’emporter.

 

A adapter au cas par cas en prenant avis auprès du médecin traitant.

  • Antalgiques : paracétamol ou aspirine contre les douleurs et la fièvre.
  • Produits à base d'Arnica en cas de bosse ou de bleu.
  • Antiseptique de préférence sous forme de spray ou de doses unitaires.
  • Compresses stériles, coton, pansements petits et grands.
  • Médicaments pour les troubles digestifs fréquents lors des changements d’alimentation et de rythme de vie : laxatif, antidiarrhéique, anti-spasmodique.
  • Médicaments contre les troubles ORL : pastilles, collutoires, sérum physiologique, antitussifs…
  • Médicaments pédiatriques pour les enfants, sachets de réhydratation et comprimés pour stériliser les biberons.
  • Produit répulsif contre les moustiques et pommade contre les démangeaisons en cas de piqûres.
  • Crème contre les brûlures et les coups de soleil.
  • Crème solaire anti-UVA et UVB.

 

Assurance et assistance : que faut-il vérifier ?

Le maintien de la couverture sociale à l’étranger

Elle dépend du pays de destination. La carte européenne d’assurance maladie est indispensable pour partir dans un pays de l’Espace économique européen. Hors d’Europe, la prise en charge varie selon le pays de destination et il convient de se rapprocher de sa caisse de Sécurité sociale.

 

Les renseignements sur les démarches et les documents nécessaires pour avoir une protection sociale lors des voyages se trouvent sur le site de l'Assurance maladie, que ce soit pour les voyages en Europe ou hors d'Europe.

Maladie ou accident, annulation de voyage, rapatriement… ces événements et leurs conséquences peuvent être couverts par des contrats d’assurance et d’assistance.

 

 

Avant le départ, il est donc recommandé de recenser les garanties intégrées dans les différents contrats déjà souscrits : contrat santé, contrat multirisques habitation, garantie des accidents de la vie, contrats spécifiques d’assistance… et de procéder à quelques vérifications. L’ensemble des participants au voyage sont-ils bien assurés, le ou les pays de destination, en particulier les Etats-Unis pour les garanties d’assistance, font-ils bien partie des destinations garanties, y a-t’il des exclusions, lesquelles ?

 


Ces informations sont utiles pour constituer une fiche récapitulative avec les références des contrats d’assurance et/ou d’assistance et les numéros de téléphone indispensables en cas de problème pendant le voyage.