Assureurs Prévention > A la Maison > Habitat > Les bons gestes de prévention pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone

Racontez-nous

Une anecdote à partager ? Une expérience marquante que vous souhaitez faire connaître? Une question qui vous interpelle ? Venez raconter votre histoire et faites part aux internautes de votre témoignage.

 
Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte Envoyer cette publication par e-mail Imprimer cette page

Les bons gestes de prévention pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone

Accidents domestiques - Intoxication au monoxyde de carbone

Dossier, 04/11/15

Utiliser une chaudière, un chauffe-eau, un chauffage mobile d'appoint, un groupe électrogène, une cuisinière ou tout autre appareil à combustion présente un risque d'intoxication au monoxyde de carbone (CO). Chaque année, au cours de la période d'hiver, plusieurs milliers de personnes sont victimes d’une intoxication au monoxyde de carbone. Pourtant de simples mesures de prévention et une bonne connaissance des symptômes peuvent éviter les accidents provoqués par ce gaz inodore et invisible, mais potentiellement mortel.

accidents de la vie courante, accidents domestiques

Source : Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes)

Sommaire

Le monoxyde de carbone est un gaz toxique

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz qui peut être mortel. En prenant la place de l’oxygène dans le sang, ce gaz est asphyxiant. C’est parce qu’il est invisible, inodore et indolore qu’on le qualifie parfois de « tueur silencieux ». Chaque hiver, on dénombre quelque 5.000 personnes intoxiquées, dont 90 environ en décèdent.

D’où provient le monoxyde de carbone ?

Il est produit lors de toute combustion incomplète : chaudière, chauffe-eau, cheminée, insert, poêle... C’est pourquoi, chaque année, il est recommandé de faire vérifier ses installations de chauffage. Car mal réglées ou lorsque certaines conditions sont réunies, ce gaz peut s’accumuler et entraîner des intoxications.

En pratique, sont concernés tous les appareils qui fonctionnent avec une énergie combustible comme le bois, le charbon, le gaz (naturel, butane, propane), l’essence, le fuel, l’éthanol : appareils de chauffage, de production d’eau chaude, de décoration ou de bricolage, chauffages d’appoint, cuisinières, cheminées et inserts, poêles ou convecteurs, moteurs de groupes électrogènes et appareils de bricolage.

 

Quant aux conditions favorables à l’accumulation du monoxyde de carbone ce sont :

  • Un mauvais entretien ou un mauvais réglage de ces appareils.
  • Une mauvaise ventilation du logement.
  • Une utilisation détournée ou inadéquate de certains appareils.

Comment prévenir une intoxication au monoxyde de carbone ?

Les bons gestes à adopter pour prévenir les risques liés au monoxyde de carbone

  • Chaque hiver, faites vérifier vos installations de chauffage par un professionnel qualifié (chaudière, chauffe-eau, cheminée, insert, poêles…). Idéalement, faites intervenir ce professionnel à l’entrée de l’hiver, avant leur remise en route.
  • Si vous venez d’acquérir ou d’installer un nouvel appareil de chauffage, veillez à vous assurer auprès d’un professionnel qualifié de la bonne installation et du bon fonctionnement de l’appareil avant sa mise en service.
  • Faites ramoner vos conduits de cheminée une fois par an.
  • Respectez les consignes d’utilisation des appareils à combustion indiquées dans le mode d’emploi par le fabriquant.
  • N’utilisez pas les chauffages d’appoint en continu. Ces appareils ne doivent fonctionner que par intermittence.
  • N’utilisez jamais pour vous chauffer des appareils non destinés à cet usage : cuisinière, four, brasero, etc.
  • Installez impérativement les groupes électrogènes à l’extérieur des bâtiments et jamais dans des lieux clos. Ils ne doivent jamais être utilisés à l’intérieur.
  • Aérez votre logement : idéalement chaque pièce tous les jours pendant au moins 10 minutes.
  • Ne bouchez jamais les entrées d’air. Les bouches d’aération ne doivent pas être masquées ou obstruées. Il faut inversement vérifier régulièrement qu’elles ventilent bien.

Quid du détecteur de CO ?

Le monoxyde de carbone étant invisible et inodore. Il existe des détecteurs de CO qui mesurent la concentration de CO dans l’air et déclenchent une alarme sonore avant que cette concentration de CO ne présente un risque pour la santé.

Il existe sur le marché des détecteurs de monoxyde de carbone, pour lesquels des procédures d’évaluation sont en cours. Cependant, ces détecteurs ne suffisent pas pour éviter les intoxications. La prévention des intoxications passe donc prioritairement par l’entretien et la vérification réguliers des appareils à combustion et conduits de fumée, une bonne ventilation, l’utilisation appropriée des groupes électrogènes et chauffages d’appoint, etc.

Si vous en faites l’acquisition, choisissez un appareil conforme à la norme européenne NF EN 50291 (référence qui doit figurer sur l’emballage).

Attention, un détecteur de fumée ne remplace pas un détecteur de monoxyde de carbone : ces deux détecteurs sont complémentaires.

Quels sont les symptômes d’une intoxication au monoxyde de carbone ?

L’intoxication provoque des maux de tête, de la fatigue, des nausées et des vomissements. Face à de tels symptômes d’alerte, il est recommandé d’évacuer les lieux et de contacter les urgences au 15 ou au 112. Dans les cas les plus graves, l’intoxication entraîne des vertiges, des troubles du comportement, des pertes de connaissance, voire un coma pouvant se révéler mortel.

Selon le degré de gravité, les personnes intoxiquées sont hospitalisées ou placées en caisson hyperbare pendant quelques heures.

 

Si l’alarme de votre détecteur de CO se déclenche, vous avertissant d’un taux de CO assez important dans votre logement :

  • Aérez immédiatement en ouvrant les portes et les fenêtres.
  • Arrêtez les appareils à combustion si possible.
  • Évacuez les locaux et bâtiments.
  • Appelez les secours : le Samu au 15 ou au 112, ou les pompiers au 18.
  • Et ne réintégrez pas les lieux avant d’avoir reçu l’avis d’un professionnel.