Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte Envoyer cette publication par e-mail Imprimer cette page

Colloque Assureurs Prévention "Les Français et l’activité physique"

Activité physique : courreurs à pied

Actualité, 3/27/12

Le 27 mars 2012, l'association Assureurs Prévention a réuni, lors de son premier colloque, des personnalités de la prévention - spécialistes, sportifs, médecins, membres d’Assureurs Prévention et de son Comité d’orientation scientifique (COSAP). À cette occasion, l’association a présenté les résultats d’une enquête exclusive sur la pratique des Français en matière d’activité physique ou sportive (APS) réalisée avec le concours de l'IRMES et de l'Institut BVA.

activité physique

Bernard Spitz, président d’Assureurs Prévention, rappelle les missions de l'association.

Pour Bernard Spitz, président de l’association Assureurs Prévention : “L’association Assureurs Prévention a pour mission, au nom de la profession, de mieux connaître, mieux partager, mieux prévenir. Hier sur des actions routes, aujourd’hui sur un enjeu de santé publique, demain sur les accidents de la vie courante ou les catastrophes. Tout ceci avec une volonté ferme, celle de permettre aux Français de vivre mieux."

Enquête sur le niveau d'activité physique ou sportive (APS) et de sédentarité de la population française adulte

Deux tiers de la population de l’union européenne n’atteignent pas les niveaux recommandés d’activité physique de 30 minutes par jour selon un rapport de l'OMS. La sédentarité, estimée responsable de 600 000 décès par an en Europe, et les conséquences économiques des maladies chroniques qui en découlent (maladies cardiovasculaires, maladies métaboliques, cancers...) nécessitent de renforcer tous les messages de promotion de l’activité physique ou sportive.

 

L'association Assureurs Prévention, désireuse de sensibiliser le public à la nécessité d'améliorer sa pratique de l'activité physique, a fait appel à l’IRMES (Institut de Recherche Médicale et d’Epidémiologie du Sport) pour l’accompagner dans cette étude. 

 

L'une des premières étapes de l'enquête mise en place a été de mesurer précisément le niveau d’activité au quotidien au sein de la population. Dans cet objectif, 800 personnes (52% de femmes ; 48% d’hommes) représentatives de la population générale, âgées de 18 à 65 ans, recrutées on line par l’institut de sondage BVA dans toutes les régions françaises, ont été soumises à un questionnaire validé, associé à l’utilisation d’un podomètre.

Focus sur l'enquête : les principaux enseignements

Les résultats de l'enquête en cinq chiffres clés

  • 9340 : c'est la moyenne du nombre de pas/jour effectués en semaine contre 7920 le week-end.
  • 34 % des personnes interrogées ont déclaré disposer d'infrastructures à domicile pour pratiquer une activité sportive.
  • 68 % des personnes intérrogées sont prêts à changer de comportement au profit d'une APS.
  • Sur la totalité des personnes pratiquant régulièrement une ou plusieurs APS, 52 % sont des hommes et 48 % des femmes.
  • 55 % des pratiquants de sports collectifs sont dans la tranche d'âge 18-24 ans.

L’analyse met en évidence une grande disparité du nombre de pas, une réduction de l’activité le week-end et des variations dépendant de l’IMC*,de l’âge et du statut professionnel. Le nombre de pas effectués chaque jour diminue avec l’augmentation de l’Indice de Masse Corporelle.
En revanche, il augmente avec la fréquence et l’intensité des activités physiques déclarées. Enfin la catégorisation du niveau d’activité, basée sur la déclaration, reste sous-estimée par rapport à la mesure podométrique. Les sujets déclarant marcher moins de 30 minutes sont en réalité proches des recommandations de 10 000 pas/jour.


Les activités les plus déclarées sont conformes aux résultats des enquêtes françaises. Cause ou effet, l’augmentation de l’IMC est associée à une élévation du pourcentage de non pratiquants. Le manque de temps reste le frein principal mais l’état de santé le facteur limitant le plus déclaré chez les sédentaires.


L’environnement, jugé souvent peu favorable, bénéficierait donc d’un investissement ciblé en fonction des demandes de pratique. En parallèle, l’accès limité aux infrastructures profiterait de stratégies de promotion d’APS encourageant le partage et les mobilités actives.

 

*L’IMC est calculé en divisant le poids (en kilogrammes) par le carré de la taille (en mètres). Pour l’adulte entre 20 et 65 ans, en dessous de 18,5, on parle de minceur et au-dessus de 25 de surpoids. À partir de 30, on parle d’obésité.

Les vidéos du colloque

   

Activité physique : il faut "favoriser l'autonomie des déplacements"

 

Intervention de Jean-François Toussaint par assureurs-prevention

   

Activité physique : "il faut motiver les gens à passer à l'action"

 


Interview de Martin Juneau par assureurs-prevention

   

"L'activité physique constitue un enjeu de santé publique majeur"

 

Intervention de Damien Bonnet par assureurs-prevention

 

Activité physique : "la prévention est un élément très important pour les assureurs"

 

Interview de Norbert Bontemps par assureurs-prevention

    

"...Faire rentrer l'activité physique dans l'agenda des enfants"

 

Interview de Perrine Pelen par assureurs-prevention

 

Activité physique ou sportive (APS) : Assureurs Prévention a interrogé les français.

Dans le cadre de l'enquête, l'association Assureurs-Prévention est allée à la rencontre des français pour connaître leur pratique en matière d'activité physique et sportive. En répondant à cinq questions, les personnes interrogées nous informent sur leurs habitudes et l'importance accordée à l'activité physique dans leur vie quotidienne.

Activité physique ou sportive (APS)

 

Sondage express

Au volant, si votre téléphone portable sonne :

  • Vous laissez sonner
  • Vous répondez
  • Vous répondez en kit mains libres